Skip to main content

Année : 2022

INTERVENTIONS À L’ÉTRANGER

Association Marta Maria

Depuis 2013 A corps poétique se rend régulièrement à l’étranger pour des sessions intensives auprès d’enfants qui rencontrent des difficultés de développement psychomoteur liées à des dommages cérébraux, des maladies génétiques etc.

A Bucarest la formidable association Marta Maria qui soutient l’amélioration de la qualité de vie des enfants atteints de paralysie cérébrale organise des sessions intensives pour les enfants Marta Havlicek.

http://www.martamaria.ro/

COURS EN INSTITUTION

A Corps poétique intervient depuis 2012 au sein du GEM Loisirs et Progrès auprès de personnes avec une lésion cérébrale acquise.
Depuis plus de 10 ans, c’est un rendez-vous hebdomadaire pour les membres de Loisirs et Progrès qui souhaitent bénéficier d’une approche corporelle holistique pour accompagner leur rééducation sensorimotrice.
https://www.loisirsetprogres.org/

Prestations sur demande, format personnalisé en fonction des structures (GEM, Associations, Ehpad, Hôpital de jour, CE, Ecoles, etc.)

Cliquez ici pour nous contacter.

Du jeu : la répétition sans répétition

Des degrés de liberté

Il est démontré depuis longtemps que les plus grands sportifs et les meilleurs ouvriers ne reproduisent jamais exactement le même geste (The coordination and regulation of movement, Nikolai A.Bernstein, 1967). De même que l’apprentissage ne consiste pas à empiler des connaissances, l’apprentissage moteur ne se résume pas à l’acquisition d’une coordination spécifique. Processus non-linéaire, il se construit en fonction des exigences de l’environnement et des degrés de liberté de l’organisme.

Des variations et des contraintes

Non seulement, le corps « produit » des mouvements variables, mais aussi nous sommes construits pour produire et détecter des variations. Nos sens fonctionnent du fait des irrégularités de ce qu’ils perçoivent. Ainsi, nous ne répétons pas nos mouvements, mais ils ne sont pas non plus complètement aléatoires et variables. Ils sont façonnés par les contraintes de notre environnement, y compris notre culture. Les théories dynamiques invitent à voir la variabilité du mouvement comme la stratégie optimale de contrôle. Elles parlent de « répétition sans répétition ». C’est aujourd’hui la voie la plus prometteuse en terme d’entrainement, de rééducation et encore plus prometteuse pour le champs de l’apprentissage et de notre manière d’appréhender notre vie : une sorte d’écologie de l’esprit.

L’apprentissage vivant nécessite de réintroduire un environnement changeant

De tout cela, découle que forcer les apprenants à utiliser des patterns de mouvements stéréotypés, invariants, limite leur performance et surtout leur existence. Au contraire, démultiplier les variations et les contraintes de tâches permet de stimuler l’adaptation, la créativité et des transferts d’apprentissage. L’environnement est co-agissant avec nous. Retrouver la dynamique du jeu, notre mode d’apprentissage premier, est aussi source de joie.

Homo sociabilis – Homo Ludens

Notre motricité étant toujours liée directement ou non à une expérience émotionnelle, imposée par une relation à autrui, le jeu redirige non seulement l’attention sur l’environnement mais aussi sur l’altérité dont nous sommes faits. Le jeu est aussi ce qui nous permet de faire l’expérience du flow ou expérience optimale telle que décrite par Mihaly Csikszentmihalyi. L’expérience optimale est recherchée pour elle-même et non pour d’autres raisons que l’intense satisfaction qu’elle procure. Le problème surgit quand un individu est tellement obsédé par l’objectif qu’il cesse de trouver du plaisir, de la joie dans le présent. Retrouver la dynamique du jeu, notre mode d’apprentissage premier est aussi source de joie.

Prise de conscience par le mouvement™ : l’apprentissage qui rend possible tous les autres apprentissages

Formée à la Méthode Feldenkrais, l’intervenante utilise la prise de conscience par le mouvement afin que chaque personne puisse expérimenter un dialogue incorporé avec soi-même et dérouler au travers de cette communication sensorimotrice tous ses possibles. Il s’agit d’une forme de maïeutique psycho-corporelle au cours du geste.

La Méthode Feldenkrais™ permet la réhabilitation et l’amélioration des actions du quotidien ou celles du répertoire d’autres pratiques corporelles, sportives et/ou artistique. Elle permet aussi de déverrouiller les blocages tant physiques que psychologiques.

En tant que système d’apprentissage, elle s’adresse à toute personne qui souhaite apprendre à se mouvoir de la façon la plus adaptée à ses possibilités, ses intentions, ses désirs.

Ateliers mensuels de mobilité

Ces ateliers s’adressent aux personnes qui souhaitent reprendre ou se lancer dans une activité physique créative. Ils sont l’occasion de bénéficier d’une pratique multidirectionnelle à la fois ludique mais aussi très fine et sécurisé. Ces ateliers peuvent aussi redonner confiance avant de se lancer dans des activités physiques « plus sportives ».

A partir d’un thème introduit par une leçon de Prise de conscience par le mouvement™, les participants sont invités à s’engager dans le champ de tâches variées et contraintes. Par exemple, l’introduction d’objets (balles, bâtons, cordes etc.) ; les jeux avec partenaires nécessitant écoute, déséquilibres, poussées, tirées, quadrupédies, mais aussi mouvements dansés, équilibres dynamiques etc. Ces tâches motrices sont issues de pratiques transdisciplinaires : Parkour et art du mouvement, Axis Syllabus, arts martiaux, Bal-à- Vis-X.

L’engagement musculaire, l’habileté, la puissance, l’explosivité, l’adaptabilité, la créativité sont ainsi augmentées en rapport à la tâche. Ces jeux apportent joie et vivacité. Le transfert d’apprentissage est lui aussi optimisé, ce qui renforce le sentiment de satisfaction.

De l’émancipation

Renouer avec les aspects cinématiques de la sensation de mouvement ou sensations kinesthésiques, nous permet d’interroger la construction de notre subjectivité. En effet, ré-apprendre à nous mouvoir dans les sphères de l’attention et du jeu nous détache du seul apprentissage lié aux impératifs sociaux. En cela, il s’agit d’un mouvement d’émancipation et de résistance.

Durant le déroulé du mouvement, retrouver le chemin et l’exercice de cette connexion première, nous introduit à l’épaisseur de l’espace avec lequel nous co-agissons. Au-delà du monologue perpétuel qui nous habite, nous avons la possibilité d’éprouver un engagement plein, porteur de satisfaction et d’accomplissement.